Info patient
Restaurations de type CEREC

Restaurations de type CEREC

La restauration de type CEREC est issue d’une technologie de pointe au service du patient développée il y a 30 ans et s’étant sans cesse améliorée depuis. Le nom CEREC provient d’un acronyme anglophone qui signifie « Restauration en Céramique Économique et Esthétique fabriquée à la Chaise » (Chairside-Economical-Restauration-Esthetic-Ceramic). En effet, elle permet de fabriquer une restauration en céramique de qualité supérieure en une seule visite. Les couronnes et les incrustations indirectes sont les restaurations les plus utilisées.

Il est aussi possible de fabriquer des couronnes sur implants, des ponts temporaires en acrylique, des ponts permanents en céramique ou des facettes de céramique. Grâce à des avancées récentes, cette technologie permet maintenant la création de guides chirurgicaux en implantologie en intégrant la technologie du scan 3D.

Choix du matériau : la céramique

La céramique dentaire demeure à ce jour le matériau qui ressemble le plus à l’émail dentaire, dans sa rigidité, sa texture et sa façon de réagir aux variations de température lorsque l’on mange. Elle est un matériau très biocompatible qui redonne de la force à une dent abîmée. De plus, elle permet d’avoir un grand confort de mastication et une usure qui s’apparente à l’émail naturel des dents, ce qui est avantageux pour la dent elle-même et pour les dents voisines. En effet, les contacts entre les dents adjacentes restent plus serrés, ce qui évite la fâcheuse situation d’avoir de la nourriture qui reste coincée entre les dents. De plus, le rythme d’usure des dents lors de la mastication ressemble d’avantage à l’usure de frottement entre deux dents naturelles. Les risques d’usure prématurée (attrition) ou de briser les dents voisines sont donc moindres.

Dans quelles conditions une restauration CEREC est-elle nécessaire?

Une restauration CEREC est majoritairement construite pour renforcir une dent d’adulte (permanente) qui a une carie volumineuse, qui est cassée ou qui a déjà une large restauration en amalgame ou en composite. Elle peut aussi être indiquée pour renforcir une dent douloureuse à cause d’une fissure (Syndrome de la dent fêlée). Le dentiste est le seul capable de diagnostiquer ce genre de lésion et vous recommander le traitement adapté à votre situation.

Quels sont les avantages de la restauration CEREC?

Outre les avantages de biocompatibilité et de confort, la restauration en céramique de type CEREC offre des avantages d’un point de vue plus technique. Comme elle est fabriquée au même rendez-vous, elle permet au dentiste de conserver une plus grande portion saine de la dent. En effet, le lien de collage qui unit la dent à la céramique est reconnu pour être plus fort au niveau de l’émail sain et il permet de conserver certaines parois qui devraient être retirées si la restauration était faite en deux visites. Selon les études scientifiques, la restauration en céramique de type CEREC redonne 98% de la force d’une dent naturelle vierge. Elle offre une meilleure durabilité que les obturations en composite blanc.

De plus, cette technologie permet au patient de recevoir la restauration en une seule visite. Ceci implique donc une seule anesthésie et pas de restauration provisoire que l’on doit habituellement porter en attendant la conception de la pièce de céramique au laboratoire. Cette pièce provisoire tend à être fragile, à décoller et peut occasionner des douleurs au froid passagères. De plus, dans le cas d’incrustations temporaires, la restauration provisoire n’étant maintenue qu’avec un ciment temporaire, la dent restante n’est pas encore aussi solide et est plus à risque de se casser.

La technologie CEREC utilise aussi une caméra numérique ou vidéo, selon la génération utilisée par le dentiste. Cette caméra permet de créer un modèle en 3D à partir duquel la pièce de céramique est conçue. Cela élimine le besoin de prendre des empreintes en matériaux standards, qui peuvent être difficiles à tolérer ou donner des haut-le-cœur à certaines personnes.

Finalement, cette restauration demeure habituellement moins dispendieuse pour le patient et permet au dentiste d’être compétitif dans ses prix par rapport à une restauration fabriquée en laboratoire. Ces dernières nécessitent du transport, une prise d’empreinte et l’utilisation de diverses autres technologies et matériaux plus coûteux, en plus d’avoir le désagrément de nécessiter deux visites.

Comment fonctionne le CEREC?

Empreinte numérique

La conception de la restauration en céramique de type CEREC se divise majoritairement en trois étapes. La première étape consiste à capter les images de la préparation faite par le dentiste à l’aide d’une caméra numérique ou vidéo selon la génération de l’appareil utilisé.

Conception assistée par ordinateur

La deuxième étape consiste à créer virtuellement la restauration à l’aide d’un programme informatique spécialisé. Le dentiste peut alors analyser la préparation, définir les contours et dessiner la restauration en 3D à l’aide de plusieurs outils virtuels. Ceci s’apparente à du dessin technique utilisé dans plusieurs domaines technologiques. On parle souvent de technologies CAD-CAM (conception assistée par ordinateur – usinage assisté par ordinateur (Computer Assisted Design-Computer Assisted Manufacturing)). Finalement, le dessin est envoyé à une chambre d’usinage.

Sélection du bloc à tailler

Diverses compagnies dentaires fournissent des blocs de céramique pressée à chaud de haute qualité pour la réalisation de ce type de restaurations. Le dentiste peut choisir la couleur et la dimension du bloc à ce moment. Il existe une grande sélection de teintes très esthétiques et des blocs avec un dégradé de couleurs pour offrir au patient une restauration se mariant parfaitement avec les teintes naturelles de la dent.

Il existe aussi des céramiques plus résistantes à la fractures (E-MAXmc) qui sont indiqués pour renforcer une dent courte qui a perdue de la hauteur au fil des années par usure (attrition) ou une dent fragile chez un patient qui génère de grandes forces en serrant ou en grinçant des dents (bruxisme). Il existe aussi une catégorie de bloc de matériaux composites pressés (famille de polymères comme les obturations blanches) qui peuvent être utilisés dans les mêmes cas que ceux cités précédemment. La dimension du bloc est établie par le logiciel informatique en fonction de la grosseur de la restauration à accomplir.

Usinage de la pièce de céramique

L’étape suivante consiste à insérer le bloc de céramique sélectionné dans la chambre d’usinage. Cet appareil est pourvu de deux instruments rotatifs en 5 axes, qui tailleront le bloc et reproduiront le dessin 3D créé par ordinateur. Un jet d’eau et d’huile permet de contrôler la température et de diminuer la friction pour obtenir une coupe très précise du bloc céramique. On compte entre 5 et 20 minutes de délai d’usinage en fonction du type de restauration, de bloc et de l’appareil d’usinage utilisé.

Cuisson de la pièce de céramique

Certains blocs nécessitent obligatoirement une cuisson pour atteindre leur pleine force, c’est le cas des céramiques E-Maxmc et du Zircon. D’autres céramiques peuvent être glacées et cuites au four pour en améliorer la résistance ou pour les colorer afin d’obtenir une esthétique supérieure. Cette étape demande plus de temps et c’est pourquoi ce type de restauration est légèrement plus dispendieux.

Quelles sont les limites de la restauration en céramique de type CEREC?

Quoique l’avènement des restaurations en céramique à la chaise demeure une avancée très intéressante pour le patient et le dentiste, cette technologie a certaines limites. Malgré le fait que la céramique est le seul matériau de restauration capable de renforcir la dent, elle demeure dispendieuse en comparaison d’une restauration en amalgame (obturation grise) ou en composite (obturation blanche), qui demeurent des choix alternatifs lors de ces situations. Les restaurations en amalgames au mercure ne sont pas offertes à notre clinique pour des raisons de santé (voir toxicité du mercure).

De plus, les restaurations en céramique requièrent une épaisseur et une largeur minimales pour obtenir une bonne résistance. Lorsque le dentiste devrait enlever trop de substance dentaire naturelle pour avoir la dimension minimale requise, mieux vaut choisir une obturation en composite. Finalement, il faut prendre en compte les délais de fabrication des restaurations (dessin, usinage et cuisson). Pour la majorité des cas de plus de 4 unités, il est préférable, d’effectuer la mise en bouche des restaurations lors d’une seconde visite. Dans ce cas, une empreinte est prise (soit avec un matériau viscoélastique, soit avec l’appareil CEREC puis envoyée au laboratoire par voie électronique). Dans le cas où 2 visites sont nécessaires, le dentiste prépare des restaurations provisoires. Les restaurations permanentes seront fabriquées soient par un laboratoire dentaire externe ou par un membre de l’équipe à l’aide de la technologie CEREC. Lorsque les restaurations sont fabriquées à la clinique, cela permet souvent de diminuer le délai de fabrication par rapport aux cas qui sont envoyés au laboratoire externe.